© CI 3C Expertise 2018 - tous droits réservés

Contact:

Valérie CORNETET

06 68 80 53 35

ou via LinkedIn :

linkedin.png

La Valse des chroniques

CI-3C Expertise

le blog de l'innovation, par Valérie Cornetet

Rechercher
  • Valérie Cornetet

Chronique d’une belle PME du patrimoine industriel français

Mis à jour : 22 oct 2018



… Quand la gouvernance est une bouffée d’oxygène au cœur de la révolution digitale d’une manufacture … c’est encore une belle histoire !

Alors, c’est l’histoire de Jean, 62 ans, rencontré à l’Accor Hotels Arena lors de la 4ème édition de Bpifrance Inno Génération de la semaine dernière. La grande scène du Bang nous dévoile ses stars et la magie de cet événement opère : la conversation s’engage avec mon voisin, le temps de la pause s’impose. On entend les mots liberté, collectif et vision, puis PME, industrie et … gouvernance d’entreprise !

Et Jean accepte de partager sa vision de chef d’entreprise, en trois temps !

Le 1er temps est la sensibilisation à la gouvernance :

Au cours de sa carrière, après plusieurs postes de direction générale, il découvre l’intérêt de la mise en place d’une gouvernance d’entreprise : on lui propose le rôle de Président du directoire pendant que le PDG, fondateur de l’entreprise familiale, prend le rôle de Président du conseil de surveillance. Un président du conseil de surveillance clairvoyant qui éclaire sur le chemin à parcourir, à l’écoute de l’exécutif et qui permet d’aller plus vite. La séparation des pouvoirs permet un équilibre. La stratégie est définie, l’exécutif est dans la confiance.

Puis changement d’environnement, avec le rachat de l’entreprise par un groupe américain : la gouvernance s’efface pour laisser la main à la finance !

Il est temps pour Jean de passer à autre chose.

Le 2ème temps est celui de son envol, Jean reprend la société Martineau, trois métiers (métaux, bois, résines), des valeurs d’excellence et un patrimoine industriel.

C’est une nouvelle aventure pour Jean car il devient le Président Directeur Général et unique actionnaire de Martineau SAS. Une belle rencontre lui conseille deux choses :

1 - « Adhère au Club APM local (*) car c’est un moyen de se former et de rester informé auprès de pairs, et surtout de ne pas être seul »

2 - « En tant qu’actionnaire unique, tu as intérêt à mettre en place une gouvernance ! »

Sans formalisme, Jean écoute et agit : APM c’est acté, en quelque sorte une « gouvernance extérieure » ; puis la mise en place d’un « board » avec trois réunions par an d’une demi-journée, trois personnes avec des profils différents. Une connaissance de longue date, et un appel à son réseau APM pour un jeune retraité. Puis le « board » évolue au fil des années avec l’arrivée d’une jeune femme avocate en propriété intellectuelle qui joue le rôle d’administratrice indépendante (« un vrai apport dans notre monde industriel très masculin ! »)

C’est simple et efficace : bilan de la période écoulée, projection sur le futur, identification des points bloquants, notamment sur la gestion des ressources humaines de l’entreprise. C’est vraiment une façon de sortir la tête du guidon, d’avoir des personnes compétentes à l’écoute, de prendre du recul et de gagner en lucidité.

L’entreprise va bien, elle résiste au temps et à la concurrence, elle va très bien, elle a amorcé sa révolution digitale pour cet artisan industriel et les indicateurs sont au vert !

Le 3ème temps est la préparation de l’avenir :

Presque 10 ans à la tête de l’entreprise, identifiée par la BPI comme entreprise d’avenir, proche de la FRENCH FAB, la croissance a deux chiffres fait rêver les autres dirigeants. «Pourtant, je suis un vrai martien dans mon club de dirigeants qui n’ont pas de board » !

Jean est humble et lucide : il faut pérenniser l’entreprise, le monde est complexe, les investissements numériques dans le cœur de process doivent se poursuivre. Et le gros challenge reste l’organisation humaine de l’entreprise après beaucoup de départ à la retraite et la transmission du savoir-faire.

Il y a un an, l’entreprise devient une société familiale avec un partage de l’actionnariat. Le board évolue parce qu’une gouvernance d’entreprise n’est jamais figée : elle se doit d’œuvrer dans l’intérêt social de l’entreprise pour sa pérennité.

Pour conclure, juste trois questions bonus !

1 - Quid du financement de ces « Administrateurs » bienveillants ? Aujourd’hui, ils sont rémunérés à chaque board pour un total de 3000 € par an.

2 - Pensez-vous élargir votre board avec d’autres profils ? Oui effectivement, je réfléchis à faire rentrer un représentant des salariés. En effet, il me semble essentiel d’être transparent vis-à-vis de l’ensemble des salariés de l’entreprise car ce sont eux la richesse et le savoir-faire. Mais honnêtement, je ne sais pas encore comment faire.

3 - Vous avez expérimenté la séparation des pouvoirs (directoire/surveillance), pensez-vous séparer la fonction de PDG en Président et Directeur Général ? Je commence à y penser dans le cadre de la transmission de mon entreprise, on se donne rendez-vous dans 4 à 5 ans !

Voici donc une belle pépite industrielle française avec deux usines, qui réussit sa révolution numérique et non, Jean, vous n’êtes pas un martien mais un terrien pragmatique qui a su trouver une bouffée d’oxygène dans la mise en place de cette gouvernance adaptée à votre entreprise.

Alors, cette « Gouvernance » vous fait rêver ?

Chères Présidentes, chers Présidents, devenez comme Jean « un dirigeant éclairé», la mise en place d’une gouvernance est réellement un levier de pérennité et de croissance, n’hésitez plus !

Un très grand merci à Jean d’avoir partagé sa belle histoire

Valérie

Créatrice d’Innovation

Valérie Cornetet

CI-3C Expertise

Tel 06 68 80 53 35

Pour plus d’information, vous pouvez visiter le site internet de la société Martineau https://www.martineau.fr/.

(*) APM : voir site https://www.apm.fr/


Octobre 2018